LAURENTINS, SOYEZ VIGILANTS !

Ce mercredi 18 Mai, j’ai assisté au dernier conseil municipal de St Laurent du var, et bien des choses m’ont fait bondir. En effet, le Conseil Municipal a voté des augmentations pour les Laurentins (impôts indirects). Pourquoi pas, si cela est vraiment nécessaire, cohérent, et dans l’intérêt de tous.

 

Comment peut-on entendre l’Adjointe Déléguée à l’action économique et à la politique de l’emploi, se plaindre en plein conseil municipal, qu’il lui est difficile de faire venir des entreprises pour s’installer sur notre commune, alors qu’elle vote une mesure qui accentuera ces difficultés.

 

Je m’explique : 

La majorité Laurentine a fait voter une augmentation du prix des repas de cantine pour les Laurentins (+5%), et une hausse spectaculaire de 38% pour les enfants non résidents sur la commune. Ce qu’il faut savoir, c’est que beaucoup d’enfants non résidents sur la commune y sont scolarisés car leurs parents y travaillent. Certes, le prix peut-être modulé entre un repas pour laurentin et non-laurentin, mais à ce point, c’est clairement pour dissuader les actifs de bénéficier de cette possibilité.

Quant aux autres non-résidents qui se trouvent en limite de commune, il existe des accords entre communes pour prendre en charge une partie des repas pris dans la commune accueillant les enfants, soulageant ainsi la charge de la commune d’accueil. Donc, si ces conventions n’existent pas encore, qu’attend notre municipalité pour remplir son rôle de facilitateur ? Si cela existe déjà avec certaines communes limitrophes, alors ces augmentations sont totalement arbitraires.

De plus, la majorité a aussi fait voter une autre délibération visant à pénaliser financièrement les parents qui récupèrent avec retard leurs enfants après la fin des heures de garde, à hauteur de 5€ par ¼ d’heure de garde.

Là encore, c’est la double peine !

Qui sont ces parents qui sont contraints d’utiliser la garderie du soir ? Les actifs, ceux qui travaillent et qui se retrouvent bien souvent coincés ou fortement ralentis dans la difficile circulation laurentine.

Alors on condamne encore les Laurentins à subir une circulation toujours pas maitrisée, et en plus, on leur fait payer cet immobilisme. C’est un peu fort de café !

Mais le pire, c’est que cette mesure est soutenue par l’Adjointe Déléguée à la petite enfance et aux politiques de la ville et familiale. Il est inadmissible d’entendre de la bouche de cette adjointe que les parents font exprès de laisser leurs enfants le plus tard possible dans l’école. Les laurentins seraient-ils des parents indignes ?

Bien évidemment, on vous répond que ces décisions n’ont qu’un seul but, faire des économies. Et bien justement, parlons-en des économies.

 

Lors de ce conseil municipal, nous apprenons que la commune a dégagé 5 millions d’euros d’économie, et que 3,2 millions supplémentaires vont entrer en excédant par le biais de ces mesures (et d’autres : augmentation des tarifs liés à l’accès culturel) sous forme d’impôts indirects.

Mais aujourd’hui, maintenir une pression fiscale (directe et indirecte) sur les laurentins, alors que la commune créée des excédants, c’est intolérable.

On demande aux laurentins de payer toujours plus, pour finalement permettre à la commune d’épargner. Mais les laurentins ne sont pas des vaches à lait. Ils ne sont pas là pour permettre à la commune de faire de l’épargne. 

C’est faire perdre du pouvoir d’achat aux laurentins ! 

Et cela est clair, car l’augmentation du prix des repas de cantine, ce n’est pas pour améliorer les repas, mais simplement pour faire plus de marge financière.

Et la double peine continue auprès des associations, qui ont vu leurs subventions baisser, et qui aujourd’hui vont en plus devoir payer plus cher la location des salles municipales. Le message subliminale donnait au associations Laurentines, c’est « On vous donne moins (de subventions), et on vous prend plus (locations des salles) ! 

 

Drôle de politique de proximité…

 

Est-ce cela être « le Maire de tous les laurentins » ? Mettre la pression fiscale sur les actifs et les plus démunis, ceux qui ont des enfants et qui doivent allier vie professionnelle et vie de famille ? Si les associations ont subi une baisse de leurs subventions, c’est encore sur eux (les actifs et leurs enfants) que cela pèse le plus (clubs sportifs, de loisirs, et culturels). 

 

Est-ce nécessaire et si impérieux que cela d’un point de vue des finances puisqu’il y a un excédent de 5 Millions d’Euros ? Je ne crois pas. Qu’apporteront de plus aux laurentins ces mesures ? Un meilleur service pour leurs enfants ? Non.  

Mais alors, quel est le but de ces mesures ? 

Faire comme dans d’autres communes où la pression fiscale sur les administrés a été forte, dégageant ainsi des excédents « épargnés ». Puis quelques temps avant des échéances électorales, prodiguer une baisse fiscale exceptionnelle, et donner l’impression que l’on est si bon gestionnaire que nous sommes les seuls capables d’une telle baisse… 

 

Ne soyons pas dupes et restons vigilants face à ce type de basses manœuvres politiques relevant d’un autre temps.