Tous à la manoeuvre !

Voilà qu’aujourd’hui (vendredi 6 Mars) dans un article de presse, je lis en titre « La majorité (laurentine) fait bloc autour de son maire ». Quoi de plus normal, me suis-je dit.

 

Mais en lisant dans le détail les propos tenus par les 2 adjoints au maire, je me dis également que je comprends de plus en plus pourquoi les gens sont dégoutés des femmes et hommes politiques…

La politique, ce n’est pas faire de basses manœuvres pour cacher ses carences, mais c’est plutôt faire preuve de courage, les assumer, et les corriger.

 

Mais là, dans cet article, on me cite nommément avec d’autres candidats aux élections départementales, et on essaie de me faire le porteur et le diffuseur de rumeurs dont eux seuls (les élus de la majorité municipale) sont les auteurs.

 

Les faits sont là :

 

Michel Ghetti, artisan de la campagne de Joseph Segura et de la fusion avec la liste Benne, ancien Premier Adjoint de Joseph Segura, annonce en public, lors du dernier conseil municipal, sa volonté de ne plus faire partie de la majorité municipale actuelle. Qu'y puis-je ?

 

Michel Ghetti fait également des annonces fracassantes sur le comportement de Joseph Segura au lendemain de son élection. Qu'y puis-je ?

 

Michel Ghetti dénonce également des faits qui lui font penser qu’une personne impliquée dans la campagne municipale de 2014 a bénéficié de « facilités ». Qu'y puis-je ?

 

Michel Ghetti dénonce également qu’en son absence de l’Hôtel de ville, on lui a caché des courriers et autres documents utiles pour ses délégations. Qu'y puis-je ?

 

Tous ces faits étant déclarés publiquement en séance du conseil municipal, et repris partiellement dans la presse. Qu'y puis-je ?

 

Comment peut-on percevoir le fait que le Premier Adjoint d’un Maire décide au bout de quelques mois d’élection seulement, de sortir de la majorité municipale et de siéger en qualité de conseiller municipal INDEPENDANT ?

 

Les auditeurs du conseil municipal, ou bien les lecteurs du quotidien qui ont eu connaissance de ce fait, peuvent librement l’interpréter comme une scission en français littéraire.

 

La majorité laurentine s’évertue donc aujourd’hui à redorer le blason de leur maire, éclaboussé par les déclarations de leur ancien Premier-Adjoint, en s’attaquant à des personnes totalement étrangères à leurs griefs. 

 

Une attitude normale aurait consisté à dénoncer chaque allégation de l’Ex-Premier Adjoint, à moins que celles-ci soient réellement fondées…

 

Bref, assumer n’est pas encore une vertu que la majorité municipale actuelle et son maire ont acquise.

 

Mais être la manœuvre, ils savent faire !

 

Electeurs, ne vous trompez pas une seconde fois !


HR